• Benzarti, la troisième sera-t-elle la bonne?

    Publié le: 23 novembre 2020

    Que dire de ce troisième mariage entre le Wydad et Faouzi Benzarti? Les deux premiers n’avaient duré que six petits mois et des poussières. Combien durera ce troisième «amour»?A

    Flashback, nous sommes en juillet 2020 et le Wydad vient d’être sacré champion du Maroc. Dans la suite, les Rouges se font littéralement voler en finale retour de la Champion’s League face à l’Espérance de Tunis. Malgré cet échec immérité, le boulot effectué par le coach Faouzi Benzarti est salué à l’unanimité.

    Arrivé à peine six mois plus tôt, il avait une nouvelle fois fait du beau boulot à la tête du Wydad. Tout va alors pour le mieux et le club le plus titré du Maroc sait ce qui lui reste à faire : ne surtout pas toucher à son staff technique et renforcer son effectif pour tenter de repartir à la conquête de l’Afrique.

    Nous sommes alors à la veille de la saison 2019-2020 qui s’annonce pleine de promesses. C’est l’heure du mercato, de la préparation… Et c’est là que tout part en vrille.

    A la surprise générale, Benzarti claque la porte. Il voulait renégocier un meilleur contrat et on lui a opposé une fin de non recevoir. Alors merci pour tout, et bon vent!

    Ce départ à la sauvette avait choqué. Benzarti n’est pas parti, comme John Toshack quelques années avant lui, parce qu’il arrivait en fin de cycle. Au contraire, son implication était telle que toutes les composantes du Wydad étaient convaincues que le mariage, le deuxième (Benzarti avait déjà pris en mains le Wydad en 2018), n’était qu’à ses débuts. Mais Benzarti était quand même parti et le Wydad, depuis, a consommé plusieurs entraineurs en une année à peine, dont les expérimentés Garrido, Zoran ou Desabre.
    Pour quel résultat? Rien.

    Que dire alors de ce troisième mariage? Les deux premiers n’avaient duré que six petits mois et des poussières. Combien durera ce troisième «amour»?

    Le Wydad a perdu du temps et Benzarti aussi, puisqu’il n’a rien réussi depuis son départ du Maroc. Ces deux-là n’auraient jamais dû se quitter en juillet 2019. Mais ils l’ont fait à chaque fois, comme deux personnes qui s’aiment et n’arrivent décidément pas à rester ensemble. La troisième tentative sera-t-elle la bonne?

    Pour répondre à cette question, il faut connaitre le projet du Wydad. Quelle est la nature de ce projet? Difficile de savoir, tant les signaux renvoyés par les rouges semblent contradictoires.

    Le Wydad se dit en reconstruction. L’effectif est en pleine mutation puisqu’il y a eu plusieurs départs importants, dont ceux du capitaine Brahim Nakkach et de l’excellent Ismail EL Haddad. Comme avec Ounajem et Bencharki, le départ d’El Haddad, un redoutable passeur, risque de laisser un «trou» difficile à combler.

    Avec des chantiers ouverts en attaque, au milieu et en défense, c’est-à-dire partout, Benzarti est appelé à bâtir quelque chose de nouveau. Même s’il ne repart pas de zéro, l’entreprise sera périlleuse. Surtout quand on sait que Benzarti est davantage un pompier qu’un bâtisseur. C’est un homme des missions courtes. Son profil est celui d’un réparateur / bricoleur, accessoirement faiseur de miracles.

    Malgré les qualités de l’homme et du technicien, le choix de Benzarti ressemble a priori à un achat de dernière minute, destiné à calmer la colère des fans. Aux premiers couacs, avec le retour de la compétition, ce troisième mariage risque de voler en éclats…

    source : le360.ma

    Laisser un commentaire


    Retour à la liste