• bus: à quoi doivent s’attendre les casablancais?

    Publié le: 11 octobre 2019

    Le nouveau délégataire en charge du transport par bus à Casablanca devra d’abord assurer une période de transition d’une année. Alsa devra aussi se contenter des véhicules vétustes laissés par M’dina Bus.

    Même si les autorités de la ville ont déjà dévoilé le nom du remplaçant de M’dina bus, les habitants de la capitale économique doivent encore prendre leur mal en patience, indique La Vie Eco dans sa publication en kiosque ce vendredi. Il faudra encore attendre pas moins d’un an pour que la société Alsa démarre réellement ses services dans le cadre du contrat, puisque pour le moment, elle sera en charge de la période de transition qui débute le 1er novembre 2019, en vertu d’un premier contrat de gestion provisoire.

    Selon le journal, Alsa et le conseil de la ville n’ont pas encore tranché sur plusieurs points névralgiques de ce service public. En effet, plusieurs obstacles se dressent encore sur le chemin. Le tout premier concerne les 700 nouveaux bus dont l’acquisition avait été annoncée il y a plusieurs mois déjà, mais qui ne seront disponibles que d’ici un an.

    D’après des sources citées par l’hebdomadaire, le nouveau délégataire devrait, en attendant, utiliser les bus, quasiment délabrés, laissés par M’dinas bus. «La période de transition sera assurée par Alsa, mais avec les véhicules de l’ancien délégataire, car les nouveaux ne seront prêts qu’en novembre 2020. Environ 400 bus seront ainsi récupérés pour assurer le service», confirme Imane Sabir, présidente de l’Etablissement de coopération intercommunal Al Baida.

    Pour compléter la flotte, Alsa mettra en place une centaine du bus pendant cette période transitoire. «A ce jour, nous ne nous sommes pas encore mis d’accord avec Alsa sur plusieurs points. Nous sommes en train d’étudier plusieurs propositions afin que le service soit amélioré, en attendant que les nouveaux bus soient réceptionnés. Il n’y aura pas de saut qualitatif notoire au cours de la période de transition, mais le service sera meilleur que celui proposé par M’dina bus au cours des dernières années», assure, pour sa part, Abdelaziz El Omari, président du Conseil de la ville.

    Les autorités expliquent aussi le retard accusé dans la réception des bus commandés par le fait que la commune a exigé des véhicules avec des caractéristiques particulières. Notons que c’est le 15 octobre que le contrat avec Alsa sera voté par l’Etablissement de coopération intercommunal. L’autre volet que devra aussi gérer la commune porte sur le sort qui sera réservé aux employés de M’dina bus, qui vont bien sûr se retrouver au chômage à la fin de ce mois.

    source : le360.ma

    Laisser un commentaire


    Retour à la liste