• éliminatoires de la coupe du monde, russie 2018

    Publié le: 14 novembre 2016

    Un match nul et énormément de regrets

    Coupe du monde, Russie 2018, constituait un «résultat moyen pour nous». De l’euphémisme de la part du technicien français qui savait pourtant très bien que sur le plan comptable les Lions de l’Atlas ont perdu deux précieux points à domicile. Après deux journées, la Côte d’Ivoire occupe la première place du groupe C avec quatre points, soit deux de plus que le Maroc et le Gabon qui totalisent deux points. Le Mali ferme la marche avec un point.
    Le match nul (0-0) concédé par les Lions de l’Atlas face à la Côte d’Ivoire est forcément un mauvais résultat. Le sélectionneur national, Hervé Renard, a reconnu à demi-mot cette contre-performance en qualifiant le résultat obtenu face aux Éléphants de moyen. «C’est un résultat moyen pour nous. Pour battre une équipe comme la Côte d’Ivoire, il nous faut plus de justesse technique et de performance dans les transmissions offensives. Lors du tirage au sort, on savait que la Côte d’Ivoire était l’équipe favorite de ce groupe. Il faut continuer à travailler et rester concentrés sur notre objectif. Il faut être patient et continuer à chercher des joueurs de haut niveau», a-t-il martelé à la conférence d’après-match. Le coach des Lions de l’Atlas a tout de même loué l’état d’esprit de son équipe tout en regrettant l’absence de Karim El Ahmadi qui, selon lui, aurait pu apporter l’impact physique dont avait besoin l’équipe face aux Ivoiriens qui ont fait parler leur puissance physique. Il n’est pas sûr que Renard, qui réclame plus de patience, soit entendu. Il n’y a qu’à voir la réaction du public à la fin du match pour comprendre que le technicien français, épargné jusque-là par les critiques, sera de plus en plus sous pression.
    Déception dans le rang des joueurs
    C’est un léger coup de déception qui domine chez les joueurs de l’équipe nationale. À l’image de Mehdi Carcela, entré à la 62e minute de jeu en remplacement de Younès Belhanda. Le joueur de Granada a regretté ce match nul, même s’il a estimé que ce n’était pas une si mauvaise opération face à la Côte d’Ivoire qui, selon ses propos, a fermé le jeu. Il a, en outre, assuré que rien n’était joué puisqu’il reste encore quatre matchs à disputer. Même son de cloche chez le latéral droit, Fouad Chafik, qui n’a pas caché son insatisfaction : «Non, on n’est pas satisfait. On voulait la victoire ce soir. Il nous reste quatre matchs, dont le dernier contre la Côte d’Ivoire chez elle.
    On sait que ça va être difficile. Il faudra s’accrocher et prendre le maximum de points pour pouvoir aller chercher quelque chose chez eux», a-t-il indiqué. Des propos qui mettent en avant la difficulté de la tâche des Lions de l’Atlas dans ce groupe, mais la qualification n’est tout de même pas impossible.
    Sur la physionomie du match, les Lions de l’Atlas avaient de la bonne volonté, mais ce n’était pas suffisant. En plus d’accuser un énorme déficit sur le plan physique par rapport aux Ivoiriens costauds dans ce domaine, les Lions de l’Atlas ont multiplié les mauvais choix et ont péché au niveau des transmissions offensives. Ils ont aussi été incapables de se projeter vite vers l’avant pour déstabiliser la défense ivoirienne. À cela s’ajoute l’inefficacité offensive. Le jeune Youssef El-Nesyri titularisé dans ce match à la place de Youssef El Arabi n’a pas su concrétiser les quelques rares occasions qu’il avait à négocier.
    Michel Dussuyer, pleinement satisfait
    Mission accomplie pour la Côte d’Ivoire qui repart du Maroc avec le point du match nul. Le sélectionneur ivoirien n’a pas caché sa satisfaction à la fin de la rencontre. «On savait que cette équipe du Maroc a beaucoup de qualités, notamment devant. Il fallait donc gérer le début du match pour éviter de prendre un but rapidement. C’est ce que nous avons réussi à faire. On a géré aussi la seconde mi-temps. On avait au moins l’objectif de prendre un point face au Maroc. L’objectif est donc atteint. On a fait un bon début de compétition, mais il reste encore beaucoup de matchs. Il faut continuer à travailler», a-t-il souligné en conférence de presse. Et d’ajouter qu’avec un peu plus de lucidité «on aurait pu gagner face au Maroc». Avec deux points d’avance, les Ivoiriens vont passer l’hiver au chaud. Ce n’est pas le cas des Lions de l’Atlas qui vont longtemps cogiter sur ce résultat qui ne fait pas leur affaire, même si dans les faits rien n’est encore joué.
    ________________________________________
    Déclarations :
    «Malheureusement, on va se contenter de ce point de match nul»

    «Bien sûr qu’on est déçu. On voulait gagner ce match qui est particulier avec des supporters magnifiques qui étaient derrière nous. Ça aurait pu être une belle fête ce soir, mais malheureusement, on va se contenter de ce point du match nul. La compétition est encore longue. Il reste quatre matchs. Ils ont deux points d’avance sur nous. On va aller chez eux. Il nous reste deux matchs à domicile et deux matchs à l’extérieur. C’est à nous de faire le plein. On espère amener le Maroc en Coupe du monde parce que ça fait longtemps que le peuple marocain attend cela. Quand on voit un public magnifique comme cela qui nous a soutenus de la première à la dernière minute, on est déçu de ne pas le rendre heureux. Il y aura d’autres victoires dans le futur. Aujourd’hui (Ndlr samedi soir), il nous a manqué beaucoup de choses. L’essentiel, c’est qu’on n’a pas perdu. C’est un bon point.» Soufiane Boufal, attaquant marocain
    «C’était un bon match nul pour nous»
    «Le Maroc avait l’ambition de gagner ce match, surtout après le bon point qu’il a ramené du Gabon. On savait qu’on avait de l’avance sur cette équipe du Maroc, on les attendait pour ensuite jouer de bons coups. Il y avait beaucoup d’engagement des deux côtés. Je pense que l’aspect tactique a pris le dessus. C’était un bon match nul pour nous. C’est déjà bien d’avoir deux points d’avance. C’est un groupe qui va être très serré. Même si nous avons fait un bon résultat aujourd’hui, le Maroc peut nous battre chez nous. Les deux points ne sont pas un acquis. Il ne faut pas qu’on dorme sur nos lauriers. Il faut décrocher une autre victoire, prochainement, à la maison contre le Gabon.» Salomon Kalou, attaquant ivoirien

    source : lematin.ma

    Laisser un commentaire


    Retour à la liste