• Idrissi, les dangers d’une non-sélection

    Publié le: 30 août 2019

    Après avoir pris part à la CAN 2019, Oussama Idrissi ne figure pas dans la liste d’Halilhodzic pour le rassemblement de septembre. Un très mauvais signal envoyé aux futurs candidats à la sélection venus de l’étranger?

    Oussama Idrissi ne fait pas partie des joueurs convoqués par Vahid Halilhodzic pour le premier rassemblement du Bosnien à la tête des Lions de l’Atlas.

    Cette absence est inexplicable dans la mesure où le joueur est en forme, 3 buts en 3 matches en Eredivisie cette saison, et a récemment opté pour la sélection marocaine au détriment de la néerlandaise, à l’issue d’un bras de fer tendu entre le Maroc et les Pays-Bas.

    C’était à l’automne dernier et la FRMF avait gagné sa bataille contre la KNVB. Depuis, le joueur de L’AZ Alkmaar a participé à la dernière Coupe d’Afrique des Nations avec le Maroc. Même si son temps de jeu fut famélique, il y avait la place pour le convoquer dans un groupe élargi de 28 joueurs pour deux matches amicaux. Oussama Idrissi est au demeurant un excellent joueur, ailier, attaquant, buteur, très bon tireur de pénalties. En somme, un joueur complet.

    Alors pourquoi le nouveau patron des Lions n’a-t-il pas fait appel à ce talentueux attaquant alors que la sélection nationale est en mal de buteurs?

    Peut-être que le Bosnien et ceux qui l’ont aidé à établir sa première liste ont cédé à une forme de pression populaire qui veut que l’on privilégie les Botolistes chez les Lions de l’Atlas, sans tenir compte de l’écart de niveau en faveur de ceux qui évoluent à l’étranger dans des championnats plus compétitifs.

    Si c’est effectivement le cas c’est un virage dangereux et un mauvais signal envoyé aux futurs candidats venus de l’étranger.

    Alors que la Fédération royale marocaine de football (FRMF) essaye de récupérer la pépite Mohamed Ihattaren à la barbe des Oranjes, la non-sélection d’Idrissi agit comme une contre-publicité pour les éventuels candidats binationaux à la sélection marocaine.

    Il est à craindre que les Néerlandais, Ronald Koeman en tête, ne s’empressent de sécuriser le choix du jeune talent du PSV Eindhoben en s’appuyant sur l’exemple d’Idrissi, jeté aux oubliettes quelques mois après avoir opté pour le Maroc. On imagine aisément les Neerlandais citer l’exemple d’Idrissi pour tempérer l’ardeur de Mohamed Ihattaren, l’un des plus grands espoirs du football mondial, à opter pour le Maroc. C’est évidemment de bonne guerre pour persuader un joueur de 17 ans de ne pas prendre la direction du Maroc. D’où le caractère préjudiciable et sans doute coûteux de la non-sélection d’Oussama Idrissi.

    Mais peut-être que les stratèges du football national ont déjà fait leur choix, car Ihattaren, actuellement au cœur de la bataille entre le Maroc et les Pays-Bas, et sélectionné avec les Espoirs néerlandais, n’a pas non plus été convoqué par Vahid Hallilhodzic pour affronter le Burkina Faso et le Niger en septembre.

    source : le360.ma

    Laisser un commentaire


    Retour à la liste