• JO Tokyo :Elimination précoce des athlètes marocains, problème de moyens ou de performances ?

    Publié le: 2 août 2021

    Après des résultats décevants des athlètes marocains aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021, les critiques d’observateurs et d’analystes ont soulevé des questions sur la stratégie du Maroc pour développer les talents sportifs et investir des ressources dans les organisations sportives nationales.

    Dans les compétitions jusqu’à présent, les athlètes marocains n’ont remporté aucune médaille, les seules compétitions notables étant celles dans lesquelles le Maroc a une histoire de compétition, comme la boxe et l’athlétisme.

    Cette année à Tokyo ne fait pas exception, avec l’élimination successif de nombreux sportifs marocains dans leurs domaines de prédilection. Des départs précoces qui soulèvent de nombreuses interrogations : Une mauvaise organisation? Un manque de volonté? Un problème de moyens ou une préparation bafouée?

    Des éliminations à la pelle

    En taekwondo, Nada Laaraj a échoué à atteindre le tour suivant (-57 kg), en s’inclinant en huitièmes face à l’Américaine Anastasija Zolotic (4-11 pts). Sa compatriote Oumaima El Bouchti (-49 kg) a été éliminée la veille par la Sud-coréenne Jaeyoung Sim (10-19).

    Pour sa part, l’escrimeur marocain Houssam El Kord a perdu en huitièmes de finale de l’épreuve de l’épée individuelle devant le Hongrois Gergely Siklosi (13-15). El Kord s’était qualifié à ce tour aux dépens du Chinois Ziie Wang.

    La judoka Soumiya Iraoui s’est inclinée, elle aussi, en huitièmes de finale de la catégorie des moins de 52 kg, face à la Britannique Chelsie Giles (0-10), après avoir battu en seizièmes de finale la Taïwanaise Kachakorn Warasiha (10-0).

    En beach-volley, le Maroc a quitté la compétition au stade du premier tour pour sa première participation dans la discipline.

    La paire Mohamed Abicha et Zouheir El Graoui a été vaincue sur le troisième match 2 sets à 0 (21-14/21-12) par le duo Chiliens Grimalt.

    En canoë slalom, l’aventure s’est arrêté pour Mathis Soudi qui était parvenu à se qualifier pour les demi-finales. Le Marocain a terminé à la 18ème position avec un temps de 103 sec 58 (Soit à 5 sec 13 du dixième, le Suèdois Erik Holmer)

    Alors que tous les espoirs se portaient sur lui, Ramzi Boukhiam a également pris le large, aux portes des quarts de finale, après avoir été battu par le Français Michel Bourez.

    Les boxeurs marocains ont également eu du mal à s’imposer. Après l’élimination de Mohamed Hammout, Rabab Cheddar, Abdelhaq Nadir et Mohammed Assaghir, c’est au tour de Youness Baalla et Oumaima Bel Habib ont également faillit à atteindre l’étape suivante.

    Dans le concours de boxe, Mohamed Hammout (moins 57 kg) s’est incliné en huitièmes de finale face à l’Iranien Daniyal Shahbakhsh (0-5).

    Le noble art marocain est sorti ainsi bredouille de l’édition de Tokyo, également depuis la défaite de Mohammed Assaghir (75-81 kg), Abdelhaq Nadir (57-63 kg) et Rabab Cheddar (51 kg).

    Les boxeurs sus-cités ont été suivis par Oumaima Bel Habib et Youness Baalla. La première ’sest inclinée face à l’Ukrainienne Anna Lysenko (0-5).

    Pour sa part, Youness Baalla, 22 ans a perdu (0-5) face au Néo-zélandais David Nyika, double médaillé d’or des Jeux du Commonwealth.

    Les sportifs montent au créneau pour dénoncer l’organisation sportive du pays

    Seif-Eddine Houmine, champion du monde de Jiu Jitsu marocain, a notamment publié une déclaration sur Facebook, appelant à une réforme de toute la structure organisationnelle sportive du pays.

    « Comment est-il possible que les organisations royales aient des milliards dans leur budget sans aucun avantage », indique le communiqué.

    « Les organisations qui ont été créées depuis l’indépendance du Maroc n’ont pas pu gagner une seule médaille aux championnats du monde ou aux Jeux olympiques », a-t-il ajouté.

    Sur Facebook, Abdessalam Ameknassi, ancien champion du monde marocain de karaté, a décrit son amertume dénonçant le laxisme et le manque de volonté de certains responsables sportifs.

    Il a expliqué qu’il a attendu plusieurs années pour récupérer sa prime de victoire en 2018 lors des championnats du monde de la discipline. Le karatéka a expliqué que le fait de courir derrière 6000 dirhams lui a valu d’être marginalisé. C’est d’ailleurs la raison qui l’a poussé à changer de discipline et à ne pas être présent aux JO cette année, même si cela a été un rêve pour lui.

    Anouar Boukharsa, le spécialiste du taekwondo connu pour avoir jeté sa médaille dans la mer quand il traversait la Méditerranée de façon irrégulière s’est dit pas surpris par les résultats des athlètes marocains. Selon lui, la fédération est remplie d’incompétents et personne ne leur demande de rendre des comptes.

    Même son cloche du côté de Fatima Zahra Abou Firas, la championne du monde de taekwondo et l’ancien cycliste, Said Ablouach qui expliquant que l’unique représentant de la discipline aux JO de Tokyo s’est débrouillé tout seul sans avoir reçu de l’aide technique ou financière de la fédération.

    L’Athlétisme pour sauver l’honneur?

    C’est principalement Soufiane El Bekkali qui cristallise tous les espoirs des Marocains en vue d’atteindre le sommet du podium, au moins glaner une médaille olympique durant cette édition exceptionnelle des JO.

    Pour disputer la finale du 3000 m steeple, programmée lundi prochain à 13h15, les athlètes devaient terminer parmi les trois premiers de leurs séries ou être parmi les six meilleurs chronos suivants.

    Le Maroc n’a jamais pu franchir le cap de deux médailles olympiques, ce qui montre que le Comité national olympique marocain, ainsi que les fédérations sportives ont du pain sur la planche dans l’objectif de surmonter ce grand passage à vide que traverse le sport national depuis plus d’une décennie.

    Tout au long de son histoire, les équipes sportives du Royaume ont réussi à amasser 23 médailles au total, dont 19 en athlétisme et 4 en boxe.

    Le faible nombre de participants pour le Maroc a également été cité par les observateurs, comptant 48 athlètes, contre 65 athlètes tunisiens.

    Source : hespress.com

    Laisser un commentaire


    Retour à la liste