• Monnaie: quelles solutions contre la volatilité pour les entreprises

    Publié le: 1 juin 2021

    Avec la flexibilisation du dirham, les risques de volatilité sont plus marqués. Pour se prémunir, les entreprises peuvent recourir à des solutions de couverture pour les devises totalement convertibles.

    Les risques de change auxquels sont confrontées les entreprises ayant des activités à l’international sont importants et nombreux. Dans son édition du jour, L’Économiste rapporte que « les sociétés importatrices et exportatrices sont régulièrement confrontées au risque de change transactionnel ».

    Selon lui, « il peut s’écouler beaucoup de temps pouvant entraîner des changements significatifs sur le marché des changes, l’un des plus volatil au monde, entre la date d’initiation d’une opération et son dénouement ». Cela peut représenter « un risque pour les importateurs, alors que sa dépréciation expose les exportateurs ».

    Et, avec l’élargissement de la bande de fluctuation du dirham, ces risques sont plus marqués. « Ils le seront davantage à l’avenir avec le flottement de la monnaie », prévoit le journal. La couverture paraît, en dépit de son coût, valoir le prix du risque. Le quotidien assure que « le coût de la couverture est nettement inférieur à ses retombées positives.

    Comme l’assurance, c’est lorsque le sinistre survient que l’on est soulagé de l’avoir contractée ».  L’Économiste conseille, « pour les clients novices, de recourir dans un premier temps aux produits simples comme les contrats à terme, avant de s’orienter vers des instruments plus sophistiqués ».

    Il remarque que l’accès aux salles des marchés se démocratise, même si « les PME ne traitent pas des volumes aussi importants que les grandes entreprises ». Le quotidien évoque, à ce propos, le programme Intifah déployé par l’AMSM qui vise à sensibiliser et encourager les entreprises à s’orienter vers les salles des marchés pour se protéger contre les variations des monnaies.

    A ce titre, il faut savoir que « le développement des exportations vers certains pays dont les monnaies ne sont pas totalement convertibles poussent les entreprises à venir contracter une assurance auprès des salles des marchés ». Elles seraient, selon le journal, capables de « traiter les devises totalement convertibles ». Elles « essayent même de trouver des solutions aux devises exotiques pour accompagner les entreprises qui s’exportent vers des marchés dont la monnaie n’est pas totalement convertible ».

    source : le360.ma

    Laisser un commentaire


    Retour à la liste