• OCP lance l’application @tmar destinée au agriculteurs

    Publié le: 26 novembre 2019

    L’application est en mesure de fournir aux intéressés plusieurs services d’assistance et de conseil. Un service gratuit pour stimuler le marché intérieur des engrais et le rationaliser, en adaptant l’offre aux besoins spécifiques des régions et des cultures.
    OCP vient de lancer dans le cadre de son programme d’assistance aux agriculteurs « Al Moutmir » une nouvelle application mobile pour conseiller et accompagner les agriculteurs baptisée @tmar. Cette application, téléchargeable sur Android et IOS permet l’accès à plusieurs services, gratuits, relatifs à l’activité agricole, de nature à la fois technique, agronomique et économique.

    Un service qui permet à l’agriculteur de suivre sa (ou ses) parcelle tout au long du processus de sa culture et de son évolution. Il s’agit, explique-t-on, d’un outil adapté pour le choix des engrais à utiliser selon le type de culture dans une région donnée. Les conseils ont été élaborés sur la base d’études scientifiques et d’analyse des sols pour stimuler la demande en engrais et viser un rendement optimal. L’application fournit ainsi un simulateur de rentabilité pour faire au préalable le bon choix en matière de culture.

    L’agriculteur peut par ce biais, accéder aussi à toutes les informations météorologiques en temps réel (précipitations, vent, humidité du sol, etc). De même qu’il peut disposer d’informations au quotidien sur les cours des produits agricoles sur les marchés internationaux.

    Enfin, cet outil est présenté comme un moyen pour lutter contre les maladies qui touchent différentes cultures. Il lui suffira pour ce faire de prendre une photo de la plante malade et avoir, sur cette base, un diagnostic précis et la marche à suivre pour lutter contre le fléau.

    Les services fournis par l’application couvrent déjà les principales cultures répandues au Maroc (céréales et légumineuses, maraichage, arboriculture…) mais elle reste ouverte pour le suivi d’autres cultures moins importantes en fonction des demandes des agriculteurs.

    Pour développer et mettre en service l’application @tmar, l’OCP s’est appuyé sur son expérience dans le domaine agricole avec la mobilisation, depuis plus d’un an, de plus de 150 ingénieurs toutes spécialités confondues et sur la collaboration avec les partenaires concernés, à leur tête le ministère de l’Agriculture, du développement rural et des eaux forêts. Au niveau de l’expertise scientifique, tous les instituts nationaux ont été impliqués, en l’occurrence l’Inra (Institut national de la recherche agronomique), l’IAV ( Institut agronomique et vétérinaire Hassan II), l’ENA (Institut national de l’agriculture de Meknès) ainsi que l’Université polytechnique de Benguerir.

    Pour le volet purement technologique, le développement de l’application @tmar a bénéficié du savoir faire d’IMB et a de Teal ainsi que la collaboration des opérateurs nationaux de télécommunication.

    Pour la réponse à la question que tout le monde se pose, en l’occurrence comment atteindre une population à majorité rurale et composée de petits agriculteurs, la réponse donnée par OCP est la suivante: le travail de proximité.

    Un travail sur le terrain a déjà été accompli pour étudier et compiler les attentes des agriculteurs eux mêmes. Certes, résume Fatiha Charradi, vice présidente en charge du marché local et du développement agricole, OCP s’est appuyé sur les études stratégiques et scientifiques réalisées par les instituts et organismes nationaux sur l’agriculture, mais c’est le travail sur le terrain qui a prévalu, l’approche ayant « été de travailler avec le fellah (agriculteur ndlr) » et de lui fournir « un canal direct » avec l’ingénieur agronome ou le conseiller pour lui donner une solution adaptée à ses préoccupations.

    Selon elle, le produit cible de la même manière les grandes exploitations agricoles et les petites.

    Sur les 1,5 million d’exploitations agricoles que compte le pays, 70% ont moins de 5 hectares, mais ne représentent au final que 25% de la surface agricole utile. Et pour ceux qui s’inquièteraient de la capacité de connectivité des petits agriculteurs pour accéder à l’application, près de 60% de cette population possèderait un smartphone, ce qui autorise à rester optimiste pour l’avenir.

    Le travail de proximité n’est pas en reste pour autant. Des campagnes de sensibilisation sont en cours par des tournées dans les zones rurales avec la collaboration des autorités locales, des coopératives organisées, et pourquoi pas des associations pour présenter l’application et la rendre adaptable aux besoins spécifiques de chaque région et ses cultures, avec un seul mot d’ordre: « s’investir dans le monde rural ».

    source : medias24.com

    Laisser un commentaire


    Retour à la liste