• renault captur phase II : correction de tir

    Publié le: 24 mai 2017

    Original et astucieux, le Renault Captur est un succès commercial dans tous les pays où il est commercialisé. Seul reproche qu’on pouvait lui faire, sa finition en deçà des standards auxquels Renault nous avait habitué. Le constructeur vient de corriger le tir et de fort belle manière sur son Captur Phase II afin de rendre sa recette à succès encore plus attrayante. 

     

    Lancé il y a quatre ans, le Renault Captur a immédiatement rencontré le succès en France et dans le reste de l’Europe comme en témoigne les 216 000 exemplaires vendus l’année dernière sur le Vieux Continent. Une recette à succès pour ce crossover urbain badgé du losange qui doit beaucoup à bouille sympathique, sa personnalisation poussée et ses nombreux aspects pratiques. Ses lignes douces et fluides et son style d’inspiration Clio IV ont immédiatement plu. Au Maroc, il a également trusté les premières places avant d’être bousculé aujourd’hui par une concurrence plus récente, celle du nouveau Hyundai Creta et du Peugeot 2008 restylé en particulier. Histoire de reprendre l’avantage et de répondre à ses adversaires, Renault vient donc de procéder à une légère mise à jour et corriger certaines imperfections dans un segment où la concurrence fait rage.

    C’est au Danemark que le constructeur français a choisi de nous révéler son Captur phase II. Un petit pays qui possède une grande passion pour le design et reste réputé pour ses meubles innovants grâce aux grands noms des années 1950, comme Arne Jacobsen, Hans Wegner et Borge Mogensen. Les Danois ont aussi un goût prononcé pour ce qui est fonctionnel. À l’image d’ailleurs de l’ingéniosité de la brique Lego, le jouet du siècle, inventé dans les années trente par un menuiser danois. Est-ce la raison pour laquelle Renault a organisé ses essais internationaux à Copenhague ou plus prosaïquement parce que, comme dans de nombreux autres pays d’Europe, son crossover urbain est leader de son segment B ? Sans doute un peu des deux, puisque le Captur propose une foule d’équipements ingénieux et pratiques comme sa boite à gants tiroir ou sa banquette arrière coulissante qui ont su convaincre les clients scandinaves.

    La forme change, pas le fond
    Les modifications esthétiques concernent la face avant qui gagne en caractère avec une calandre qui évolue pour mieux renforcer la filiation avec le reste de la gamme SUV Kadjar et Koleos. Pour l’ancrer plus profondément dans le segment des crossovers, les designers Renault ont greffé au Captur un sabot en partie basse qui est plus travaillé, un bouclier revu et un éclairage full led. La nouvelle signature lumineuse Renault en forme de « C » que l’on retrouve sur l’ensemble de la gamme est également adoptée par les projecteurs du nouveau Captur. L’arrière suit le même traitement avec l’apparition d’un ski plus typé crossover et des LEDs qui s’invitent sur les feux arrière dont la signature adopte également la forme en C.

    Renault a également fait évoluer la palette de teinte de caisse en travaillant de manière un peu plus sophistiquée les couleurs emblématiques de lancement du Captur, l’orange et le bleu, de façon à les rendre un peu moins primaire et leur apporter plus élégance. Pari réussi tant le bleu est plus profond et l’orange, jouant avec des marrons, beaucoup plus attirant.
    Proposé dès le lancement du Captur, l’option peinture bi-ton qui permet de combiner une teinte de toit et de carrosserie voit son offre, avec ce passage par la case bistouri, s’étendre à une quatrième teinte de toit ; un gris qui permet des combinaisons, un aspect et un look un peu plus technique, un peu plus sportif. De nombreux artifices qui fonctionnent plutôt bien : le Captur phase II apparaît plus chic et baroudeur qu’auparavant.

    Finition en net progrès
    À bord, la présentation reste similaire hormis les contre-portes redessinées et des espaces de rangements en plus qui font leur apparition. C’est surtout la qualité des matériaux qui a progressé, à l’image du restyling de la Clio l’année dernière. La finition est donc en net progrès avec l’apparition de plastiques moussés qui améliorent la qualité perçue.
    Sous le capot, on retrouve les mêmes moteurs qu’auparavant. En essence, les Tce 90 et 120 ch et, en diesel, les dCi 90 et 110 ch. Seule la version dCi 90 sera proposée au Maroc mais elle sera disponible avec l’excellente boîte automatique EDC. Pour cet essai, nous avons pu tester le dCi 110 ch et ses 260 Nm. Ce bloc procure un vrai plaisir de conduite tout en douceur avec des reprises volontaires qui rendent le Captur très agréable à l’usage permettant de profiter pleinement des qualités dynamiques, et du confort du SUV urbain de Renault. Il n’en fallait pas plus pour remettre en selle le Captur.

    source : challenge.ma

    Laisser un commentaire


    Retour à la liste