• Tourisme: les professionnels unanimes sur la liberté de circulation

    Publié le: 15 décembre 2020

    La situation est paradoxale pour les professionnels du tourisme. Alors qu’un certain nombre de vols ont été autorisés, les déplacements inter région sont toujours interdits. Certaines régions ont même été oubliées par le programme de relance spécial fin d’année comme Al Haouz et Essaouira.

    Alors que certains vols ont été programmés pour Marrakech dès le 19 décembre prochain pour les fêtes de fin d’année, le flou plane toujours sur les conditions de voyage et de vacances. Seront-elles réunies? s’interroge L’Économiste dans son édition du jour.

    Il évoque d’abord les tests à l’arrivée qui doivent être mis en place puis parle de demande d’assouplissement des conditions de déplacement entre les provinces de Marrakech notamment. « Les environs de Marrakech sont autant de paysages que recherchent les touristes, que ce soit la vallée de l’Ourika ou encore l’Oukaimeden », soutient-il, indiquant que les déplacements à l’Ourika et à Louka étaient interdits jusqu’à dimanche dernier.

    Idem pour une autre province de la région très prisée qu’est Essaouira. « La ville des Alizées a été oubliée par cette programmation aérienne spéciale fêtes de fin d’année », soutient le journal. Ceci étant, le quotidien rappelle le retour de la compagnie aérienne EasyJet au Maroc avec un programme de liaisons au départ de la France vers Marrakech qui démarre le 19 décembre. A cette date, la compagnie reliera Marrakech au départ de quatre aéroports français, à savoir Paris CDG, Bordeaux, Lyon et Nice avec 29 fréquences.

    Mais cela reste insuffisant, « il faudra dès maintenant travailler sur d’autres ponts aériens pour les mois de janvier et février en attendant l’ouverture des frontières ». Dans le même sens,  l’ONMT a négocié un programme de liaisons directes à partir de plusieurs pays européens avec RAM à partir du 15 décembre. 

    source : le360.ma

    Laisser un commentaire


    Retour à la liste